actualité

Pourquoi l’économie circulaire des plastiques est le prochain chantier vert pour les investisseurs climatiques

Circular Onopia - Pourquoi l'économie circulaire des plastiques est le prochain champ vert pour les investisseurs climatiques

La conclusion de la COP27 est inéluctable : la lutte contre le changement climatique doit se faire « tous azimuts ». Malgré tous nos efforts, les Nations unies estiment que nous courons toujours à la catastrophe. Le secteur financier doit se mobiliser.

Jusqu’à présent, les investisseurs ont, à juste titre, cherché à orienter les capitaux vers des stratégies climatiques axées principalement sur les énergies renouvelables. Mais se concentrer uniquement sur la transition énergétique ne résoudra pas notre crise climatique.

Selon la Fondation Ellen Macarthur, le passage aux énergies renouvelables ne peut résoudre que 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). C’est nécessaire, mais insuffisant. L’économie circulaire offre la possibilité de s’attaquer aux 45 % restants. L’adoption d’un cadre d’économie circulaire dans cinq domaines clés – l’acier, le plastique, l’aluminium, le ciment et l’alimentation – permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 9,3 milliards de tonnes en 2050.

Pourtant, la nécessité de développer une économie circulaire dans ces domaines critiques ne reçoit toujours pas l’attention qu’elle mérite. En ce qui concerne les plastiques, la COP27 n’a abordé ce sujet que sous l’angle de la coopération multilatérale et de la nécessité de réduire la pollution plastique. Mais comme je l’ai écrit précédemment (et souvent !), nous devons attaquer le problème sur plusieurs fronts si nous voulons espérer atteindre les objectifs de développement durable des Nations unies d’ici 2030.

Un consensus se dégage pour donner la priorité au développement d’une économie circulaire pour les déchets plastiques

Avec la pression croissante pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, comme le préconise le sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU en 2021, l’amélioration des systèmes de gestion des déchets apparaît comme la nouvelle frontière pour réduire radicalement les émissions.

Dans un rapport publié en novembre 2022 par Delterra, intitulé « The Promising Climate Solution That No One Is Talking About : Waste and its Role in Climate Change, « l’utilisation et les déchets de plastique devraient tripler d’ici 2060, contribuant ainsi au changement climatique ainsi qu’à d’autres problèmes environnementaux. » 

Delterra a également constaté que les émissions dues aux déchets plastiques devraient atteindre 2,6 milliards de tonnes de CO2 au cours des prochaines décennies, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’énergie de 325 millions de foyers. 

Sur la base des habitudes d’élimination actuelles, le cycle de vie complet du plastique pourrait contribuer jusqu’à 15 % des émissions mondiales de GES d’ici 2050.

Heureusement, nous savons désormais que l’économie circulaire représente une possibilité encore largement inexploitée de résoudre ce problème qui contribue de manière importante au changement climatique. 

Grâce à un nouvel outil appelé PLACES – Plastic Lifecycle Assessment Calculator for the Environment and Society, développé par The Circulate Initiative et inspiré de l’outil WARM de l’EPA américaine, nous pouvons également, pour la première fois, quantifier les impacts climatiques positifs des solutions d’atténuation du plastique sur les marchés à forte croissance. PLACES est conçu spécifiquement pour être utilisé en Asie et permet d’évaluer l’impact climatique des pratiques actuelles de gestion des déchets en Asie, du brûlage à l’air libre au recyclage.

Les effets positifs de ce nouvel outil sur le climat pourraient être énormes. On estime que la transition vers une économie circulaire peut réduire les émissions de GES de 10 milliards de tonnes par an d’ici 2050. En utilisant l’analyse sous-jacente de PLACES, mon entreprise a découvert que près de 150 millions de tonnes de GES seraient évitées si l’on empêchait 100 % des fuites de plastique en Inde et en Indonésie d’ici 2030. Cela équivaut à la fermeture de 40 centrales électriques au charbon.

 

Les arguments en faveur d’une accélération des investissements au carrefour des déchets plastiques et du changement climatique

Le développement de l’économie circulaire pour les déchets plastiques nécessite des investissements massifs dans des solutions pour résoudre le problème. La bonne nouvelle est que les investisseurs commencent à prendre conscience des effets causaux des déchets plastiques sur le changement climatique.

J’ai récemment passé quelques jours à EnVest, un rassemblement d’investisseurs axés sur l’environnement, et j’ai été encouragé de constater que les investisseurs climatiques adoptent actuellement une approche plus intersectionnelle de l’investissement climatique. Ce groupe d’investisseurs parmi les plus sophistiqués de l’espace pense au-delà des énergies renouvelables (pour les raisons que je viens d’évoquer) et devient plus conscient des opportunités liées à d’autres domaines, notamment la promotion de l’économie circulaire pour les plastiques.

Mais comment attirer davantage d’investisseurs dans ce domaine ? Un défi commun aux investisseurs climatiques est que la gestion des déchets et le recyclage sont des secteurs complexes qui restent assez loin de leur champ d’action. D’après mes conversations avec ces types d’investisseurs, j’ai le sentiment qu’ils ont besoin de spécialistes et d’experts pour les aider à se sentir à l’aise avec la manière de procéder. Nous avons donc besoin d’un plus grand nombre de fonds et de sociétés d’investissement disposant de ces connaissances pour aider à combler ces lacunes en matière d’incertitude pour les investisseurs climatiques, afin que nous puissions attirer davantage de capitaux vers les solutions existantes et nouvelles.

Dans l’ensemble, ces nouvelles devraient être encourageantes pour ceux qui s’efforcent de résoudre la crise des déchets plastiques. Je pense que nous sommes à un nouveau point d’inflexion en ce qui concerne l’investissement climatique, un point où nous pouvons enfin tourner notre attention vers l’investissement dans des solutions qui ciblent les déchets plastiques en tant que moteur important de la pollution climatique.

En fin de compte, pour résoudre le problème du changement climatique, nous devons faire en sorte que les déchets plastiques occupent une place plus importante dans la conversation sur le climat entre les investisseurs d’impact. Et cela signifie que la finance climatique et l’investissement circulaire dans le plastique vont devoir s’unir pour aborder la crise climatique de manière globale. Ce n’est qu’en regardant au-delà des énergies renouvelables, en comblant les lacunes et en améliorant la production de matériaux comme le plastique, l’aluminium, etc. que nous pourrons développer le type d’économie circulaire dont nous avons besoin pour résoudre à la fois les problèmes de climat et de pollution plastique.

Auteur : Rob Kaplan

Source : Forbes

Nouvelles Publications

Gardez le contact

Newsletter Economie Circulaire

Recevez une fois par semaine nos nouveaux articles

Les 20, 21, 23 Juin 2022

WORKSHOP EN LIGNE BUSINESS MODEL CANVAS + VALUE PROPOSITION CANVAS

Un énorme bonus pour les participants ! A découvrir !