Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ARTICLE

Le parc Kalundborg : un modèle d’écologie industrielle et territoriale

La première expérience significative au monde d’écologie industrielle est apparue au Danemark sur le site de Kalundborg. Six organisations différentes se sont regroupées depuis les années 19705 :

  • la mairie de la ville ;
  • une centrale énergétique Asnaes ;
  • le fabricant de plâtre Gyproc ;
  • l’entreprise pharmaceutique Novo ;
  • l’entreprise de traitement des sols Bioteknisk Jordrens ;
  • une raffinerie du pétrolier Statoil.


La symbiose de Kalundborg comporte aujourd’hui un réseau dense d’échanges d’eau, d’énergie et de sous-produits issus des diverses activités industrielles et humaines menées sur le site. 

L’essentiel des déchets des uns est utilisé comme matière première par les autres : chaleur et vapeur, eau, gaz issus de la raffinerie, gypse de synthèse, biomasse et engrais liquide, cendres volantes issues de la combustion du charbon dans la centrale, boues d’épuration, etc.

L’écologie industrielle et territoriale est une approche novatrice qui vise à transformer les systèmes industriels en écosystèmes plus durables et résilients. 

Le parc industriel de Kalundborg, situé au Danemark, est l’un des exemples les plus réussis de l’application de cette approche. En utilisant les principes de l’écologie industrielle et territoriale, le parc de Kalundborg a réussi à réduire les déchets, à minimiser les émissions et à promouvoir la coopération entre les entreprises et la communauté locale. Cet article explore comment le parc de Kalundborg est devenu un modèle d’écologie industrielle et territoriale.

Historique :

Le parc industriel de Kalundborg a commencé son développement dans les années 1960 avec l’installation d’une raffinerie de pétrole et d’une centrale électrique. À cette époque, les entreprises locales ont réalisé que leurs activités généraient des déchets et des émissions qui pourraient être valorisés par d’autres acteurs économiques. Cela a conduit à la création d’un réseau d’échanges de matières et d’énergie entre les différentes entreprises du parc industriel et de la région.

Principes de l’écologie industrielle et territoriale :

L’écologie industrielle et territoriale repose sur plusieurs principes clés, dont la symbiose industrielle, l’optimisation des flux de matières et d’énergie, et la coopération entre les entreprises et les acteurs locaux. Au parc de Kalundborg, ces principes sont mis en pratique de manière exemplaire.

Symbiose industrielle :

La symbiose industrielle consiste à créer des synergies entre les entreprises en favorisant les échanges de matières, d’énergie et de sous-produits. À Kalundborg, par exemple, la centrale électrique utilise les déchets de la raffinerie de pétrole comme combustible, réduisant ainsi les émissions et les besoins en énergie externe. De plus, l’eau chaude produite par la centrale est utilisée pour le chauffage urbain et les serres agricoles de la région.

Optimisation des flux :

L’optimisation des flux de matières et d’énergie est un autre aspect essentiel de l’écologie industrielle et territoriale. Les entreprises du parc de Kalundborg s’efforcent de minimiser leur consommation de ressources et de maximiser l’efficacité énergétique. Par exemple, la raffinerie de pétrole utilise la chaleur résiduelle de la production pour alimenter des serres horticoles qui cultivent des plantes à des fins commerciales.

Coopération :

La coopération entre les entreprises et les acteurs locaux est un élément clé de la réussite du parc de Kalundborg. Les entreprises, les universités, les autorités locales et la communauté collaborent étroitement pour trouver des solutions innovantes et durables. Des forums réguliers sont organisés pour favoriser les échanges d’informations et de bonnes pratiques, et les décideurs locaux soutiennent activement le développement du parc industriel et son intégration harmonieuse avec la communauté locale.

Impacts et avantages :

Le parc de Kalundborg a obtenu des résultats significatifs grâce à son approche d’écologie industrielle et territoriale. Il a réussi à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à diminuer la consommation d’eau et à minimiser la production de déchets. Cette approche a également favorisé la création d’emplois locaux, renforçant ainsi l’économie régionale.

De plus, la coopération entre les entreprises et la communauté a créé un sentiment de responsabilité partagée et a permis de répondre aux besoins de développement durable de la région. Les initiatives du parc de Kalundborg ont été reconnues à l’échelle internationale, attirant ainsi l’attention d’autres régions et incitant à l’adoption de modèles similaires.

Perspectives d’avenir :

Le succès du parc de Kalundborg en matière d’écologie industrielle et territoriale ouvre la voie à de nouvelles perspectives d’avenir. De plus en plus de régions et d’entreprises prennent conscience des avantages de cette approche et cherchent à l’adopter. En favorisant la collaboration, l’innovation et la durabilité, l’écologie industrielle et territoriale peut contribuer à la transition vers une économie circulaire et bas carbone.

Toutefois, il reste encore des défis à relever. L’expansion de l’approche d’écologie industrielle et territoriale nécessite une sensibilisation accrue, des incitations politiques et des investissements adéquats. De plus, la mise en œuvre réussie de cette approche dépend de la volonté des parties prenantes de coopérer et de partager des connaissances.


Nouvelles Publications

Gardez le contact

Newsletter Economie Circulaire

Recevez nos nouveaux articles sur l’économie circulaire et la TechForGood !